Voyager en voiture avec mon chien

Comment rendre ma voiture pet-friendly ? Equipement, diététique, et hygiène, Dog & Lifestyle vous prépare le mode d’emploi.

La sécurité

Dog & Lifestyle, le magazine vitaminé des amateurs de chiens

Même si le code de la route ne donne pas de consignes spécifiques pour le transport des animaux de compagnie, deux articles peuvent néanmoins s’appliquer à nos chiens : 

  • l’article R 412-6 précise que la disposition des passagers ne doit pas gêner les possibilités de mouvements ou le champ de vision du conducteur ;
  • l’article R 412-1 oblige tout passager d’un véhicule à porter une ceinture de sécurité.

La première chose à surveiller pour transporter votre chien en voiture est donc qu’il ne soit pas un danger pour lui-même, ni les autres passagers. En effet, en cas de choc, tout objet ou individu non attaché peut être éjecté violemment de la voiture ou bien devenir un projectile redoutable pour les autres passagers. Mais alors, où mettre mon chien pour voyager en voiture ?

Plusieurs solutions s’offrent à vous, en fonction de la taille de votre chien, mais toujours avec le même objectif : limiter sa capacité de mouvement.

Dog & Lifestyle, le magazine vitaminé des amateurs de chiens
  • pour les gros chiens : dans le coffre qui lui sera alors intégralement dédié et séparé du reste de l’habitacle par une grille de sécurité. Les bagages éventuels seront alors placés sur les places arrières ou dans un coffre de toit en cas de nombreux passagers;
Dog & Lifestyle, le magazine vitaminé des amateurs de chiens
  • pour les chiens moyens ou très remuants : dans une caisse de transport (type vari kennel®), elle-même placée dans le coffre de la voiture. Cette solution permet de garder un peu de place dans le coffre pour les bagages.
  • pour les petits chiens ou les chiens calmes : sur la banquette arrière en l’attachant avec une ceinture de sécurité pour chien ; attention dans ce cas, veillez bien à accrocher cette ceinture sur un harnais et non un collier car celui-ci pourrait étrangler votre chien en cas de freinage brusque ou de choc.
Dog & Lifestyle, le magazine vitaminé des amateurs de chiens
  • pour les tous petits chiens, vous pouvez les placer sur la banquette arrière et dans un sac de transport adapté, sans oublier néanmoins la ceinture de sécurité.

En tout état de cause, il est préférable d’éviter la place avant du passager car vous seriez tenté de caresser votre animal et, lui, de venir vous réclamer une caresse. Dans les deux cas, ce serait une source de distraction peu recommandable lorsque vous conduisez.

La propreté

Quelle que soit la solution choisie, il faut envisager qu’au retour de votre ballade, votre chien sera soit trempé parce vous aurez essuyé un grain ou qu’il aura sauté dans l’eau si rafraîchissante … mais verte du petit étang , soit il sera tout sale car il se sera roulé dans un crottin de cheval si attirant.

Bref, il va vous falloir prévoir de protéger votre voiture car vous elle vous sert aussi à transporter (de temps en temps) des humains et que vous comptez peut-être la revendre un jour.

Si vous avez opté pour le transport dans le coffre, il existe des couvertures appropriées dont le devant se déplie et protège aussi le pare-chocs des griffures éventuelles au moment où votre chien monte ou descend.

Dog & Lifestyle, le magazine vitaminé des amateurs de chiens

Si vous avez décidé de mettre votre chien sur la banquette arrière – c’est la solution que j’ai adoptée pour Lasko – je vous conseille une couverture adaptée. L’une des extrémités se fixe facilement par sangles réglables sur les appuie-têtes arrière (à vérifier : une fente doit être prévue pour accéder à l’attache-ceinture) et vous pouvez laisser pendre l’autre extrémité au pied de la banquette ou l’attacher aux appuie-têtes avant. Votre chien sera alors comme dans une cuvette, votre banquette bien protégée et vous pourrez également glisser des bagages entre les sièges avants et la banquette arrière; ils seront ainsi à l’abri des regards.

Petite astuce : si vous choisissez ce type de couverture, veillez à prendre un modèle séparable en deux par un zip. Vous pourrez ainsi permettre à un passager humain de voyager à côté de votre chien, sans se contorsionner.

Dans tous les cas, pensez à vérifier que les couvertures choisies sont facilement lavables (à l’éponge humide pour le nettoyage courant, voire en machine à laver si le besoin est plus sérieux).

Les conditions de voyage

C’est ici le bon sens qui va s’appliquer. Soyez à l’écoute de vous-même. Lorsque vous avez envie de vous dégourdir les jambes, vous pouvez imaginer que votre chien souhaite se dégourdir les pattes aussi. Sur un long trajet, pensez à vous arrêter toutes les deux heures au moins. Mais attention, gardez toujours votre chien en laisse sur une aire d’autoroute, une distraction est trop vite arrivée.

Chaque pause sera aussi l’occasion de vous désaltérer. Pensez aux bouteilles thermos pour assurer la fraîcheur de l’eau que vous mettrez à disposition de votre chien. Par contre évitez de donner à manger à votre chien dans les trois heures précédant le départ pour éviter les nausées.

Et SURTOUT ne laissez pas votre chien sans surveillance dans votre voiture : c’est l’insolation ou le vol assuré.

Pensez à faire vérifier votre système de climatisation si votre voiture en possède un pour que son fonctionnement soit optimal et apporte tous les bénéfices possibles à l’ensemble des passagers (bipèdes ou quadrupèdes). Si votre voiture n’est pas équipée de climatisation, pensez à bien aérer l’habitacle.

Enfin, adoptez une conduite souple et respectant les distances de sécurité afin d’éviter des freinages trop brusques.

Le mal des transports

Malgré les recommandations ci-dessus, certains chiens sont malades en voiture pour les mêmes raisons que nous :

Il arrive parfois qu’un chien associe le trajet en voiture avec un événement désagréable pour lui : par exemple la visite chez le vétérinaire. Dans ce cas, il va commencer à stresser avant même de monter dans la voiture, dès qu’il va comprendre ce vous envisagez de faire. Le recours à un comportementaliste peut vous apporter une aide précieuse dans ce cas.

La cause de son mal-être peut aussi être physiologique et due à un problème d’oreille interne : ce système complexe, appelé « vestibulaire » est ce qui permet à votre chien de tenir en équilibre en fonction de la position et du mouvement de son corps. Or lorsque son corps est immobile dans un environnement en mouvement – comme la voiture – le système vestibulaire peut parfois avoir des râtés et causer :

  • un halètement excessif voire baveux,
  • une agitation démesurée
  • des vomissements
  • des gémissements
Dog & Lifestyle, le magazine vitaminé des amateurs de chiens

Il conviendra alors de déstresser votre chien : le Rescue Pets® (Fleurs de Bach) peut être utile : 4 gouttes 4 fois par jour la veille du départ, puis toutes les deux heures pendant le trajet. Vous pouvez aussi donner 1 comprimé de Cocculine (Laboratoires Boiron) 3 fois par jour la veille puis le jour du voyage. Si votre chien ne veut pas l’avaler, vous pouvez toujours diluer le comprimé dans un peu d’eau.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *