Category Archives: Comprendre

Et le gagnant de la Crufts 2015 est…

Comme tous les ans au mois de mars, le monde du chien est marqué par un événement majeur: la Cruft’s. Cette exposition canine est considérée comme la plus grande au monde (selon le Guinness des records). Depuis 1891, elle se déroule à Birmingham, ville du centre de l’Angleterre.

Crufts Logo + charlie

Tout a débuté avec Charles Cruft. A peine sorti de l’école, il commence à travailler en 1876 chez Spratt’s, un fabricant de gâteaux pour chiens. Grâce à son bagout et son esprit d’entrepreneur, il est vite promu représentant de la marque et commence à voyager. En 1878, lors de son passage en France, un groupe d’éleveurs lui demande d’organiser une exposition de chiens pour promouvoir la section canine de l’Exposition Universelle de Paris. Cruft se prend au jeu. De retour en Angleterre, il organisera une exposition annuelle jusqu’à sa mort en 1936. C’est ensuite son épouse, Emma Cruft qui prend le relais avant de céder le concept au Kennel Club anglais (équivalent de notre centrale canine) qui en assure la gestion aujourd’hui. L’événement est couvert par la BBC depuis 1950.

En 2015, 21.000 chiens on participé aux 4 jours de la manifestation au cours de laquelle sont organisés concours de beauté, de dressage, d’agility. Cette exposition est aussi l’occasion de présenter de nouveaux produits: nourriture, articles de soins ou accessoires. Cette année Samsung a ainsi dévoilé sa Samsung Dream Doghouse®.

Mais le clou du spectacle demeure l’élection du Best in Show, désignant le plus beau chien de l’année. En 2015, le gagnant est une femelle Scottish Terrier de 5 ans répondant au nom de Knopa.

best-in-show-2015-knopa-the-scottish-terrier-and-handler-rebecca-cross-Crufts

De nombreuses vidéos sur le site officiel. A voir absolument “Hilarious Bloopers”, une sélection des meilleures gaffes canines et humaines.

Comment choisir le nom de mon chien ?

Cette année, si vous décidez d’acheter un chien, vous allez pouvoir laisser votre créativité déployer ses L ( !) pour lui trouver son futur sobriquet. Vous l’aurez compris, 2015 est l’année du L.

2015 année des L pour votre chien

Je ne suis pas en train de dresser l’horoscope chinois de votre futur chien, mais plutôt de faire référence à l’obligation pour tous les chiots de race nés cette année d’avoir un prénom commençant par la lettre L. Mais au fait, pourquoi cette coutume et à quand remonte-t-elle ? Au commencement (dans les années 1880), naissait la cynologie moderne qui consiste, entre autre, à définir les critères spécifiques d’une race ou “standard” (caractère, morphologie, couleurs de robe…), d’en assurer la diffusion et la reconnaissance internationale. Petit à petit, chaque pays a édité un registre national des naissances de chiens de race dont l’objectif était :

  • de répertorier et de connaître l’évolution des populations de chaque race reconnue
  • d’assurer la traçabilité généalogique de chaque chien.

C’est le lancement des premiers livres des origines un peu partout en Europe. En France, le premier LOF sort en 1883, à l’initiative de Léon Crémière (1831-1913), alors directeur du journal Le Chenil et photographe spécialisé dans les portraits de chiens de chasse.

LOF premier livre des origines francais

© Wikipedia Commons

Ce Livre des Origines Français est aujourd’hui géré par la Société Centrale Canine ou SCC. Pour des soucis de lisibilité et de facilité de gestion, l’usage d’imposer une initiale commune à tous les chiens de race nés la même année a débuté en 1926 par le A bien sûr. Cela a permis de classer les chiens de façon chronologique dans le LOF et de connaître ainsi l’âge d’un chien en fonction de son nom. Au début, tout allait pour le mieux mais entre 1948 et 1952 les propriétaires de chiens ont été obligés de trouver un nom en W, X, Y et Z. « Zorro » c’est rigolo mais pas très original quand tous les chiens autour de vous s’appellent aussi comme çà. Aujourd’hui l’alphabet canin est donc limité à 20 lettres. Sont exclues : K, Q, W, X, Y et Z. Mais cela laisse encore un espace de créativité. Et 20 ans pour en faire le tour.

En savoir plus :

Logo société centrale canine françaiseSociété centrale canine / SCC : retrouvez 14600 idées de noms en L !fci_logoFédération Cynologique Internationale / FCI

Comment forme-t-on un chien guide d’aveugle: la famille d’accueil

Nous avons tous croisé un jour une personne malvoyante accompagnée de son chien guide. Il suffit alors de regarder pendant quelques instants ce duo pour constater l’extrême complicité qui unit ces deux compagnons. On pourrait même dire qu’il s’agit là d’un des plus beaux exemples d’interaction entre deux espèces animales. Mais comment réussit-on à former un chien à caler son pas sur celui de son maître, à lui indiquer l’emplacement du passage piéton ou encore à trouver le distributeur de billets le plus proche ?

Durant son apprentissage à l’École des chiens guides d’aveugles, le jeune chien est pris en main par deux acteurs principaux : l’éducateur de chiens guides et la famille d’accueil. Retrouvons aujourd’hui le témoignage d’Hélène qui s’occupe déjà de Iota depuis plusieurs mois.

Mirabelle : Quelle est votre mission en tant que famille d’accueil ?

Hélène : Mon rôle est de socialiser l’animal. C’est une implication sur le long terme car mon travail avec Iota a commencé lorsqu’elle avait deux mois et elle va avoir deux ans. Aidée au départ par un éducateur de l’École de Lyon et du Centre-Est, je lui ai appris les basiques : la propreté, la marche en laisse, le rappel, ne pas aboyer et d’autres interdits. Lorsqu’elle a eu 6 mois, sa formation en alternance a commencé : Iota part régulièrement à l’école pour des apprentissages plus spécifiques avec l’éducateur. D’ailleurs, quand elle revient, elle est souvent fatiguée. L’essentiel de mon rôle est de lui faire découvrir et de l’habituer à tous les environnements possibles pour qu’elle puisse guider au mieux ensuite son futur maître.

Vous l’emmenez sur votre lieu de travail, mais rencontrez-vous des difficultés à entrer dans certains lieux publics avec elle ?

Hélène : Cela m’arrive parfois, notamment dans certains supermarchés ou restaurants. Mais après un peu de pédagogie, les commerçants finissent généralement par me laisser entrer avec Iota. D’ailleurs, depuis mars 2014, la législation française reconnaît le statut de chien guide en formation. Iota est donc autorisée par la loi à entrer dans les lieux ouverts au public, au même titre qu’un chien guide.

famille d'accueil chien guide d'aveugleBio express de Iota
Labrador noir femelle
Née le 9 mars 2013
Actuellement en cours d’éducation
Passera son certificat d’aptitude dans quelques mois
 

 

Comme vous le disiez, Iota va bientôt avoir deux ans et sa formation touche à sa fin. N’est-ce pas trop dur d’imaginer la rupture ?

Hélène : Ce sera forcément difficile car je me suis attachée à elle, mais le contrat est clair dès le départ. De plus, la formation de Iota s’intensifie : elle est de plus en plus souvent à l’école, parfois pendant 2 à 3 semaines consécutives et je ne la récupère que le week-end. Ce qui fait que je commence à m’habituer à vivre sans elle, et je me prépare petit à petit à la remise.

Qu’est-ce que “la remise” ?

Hélène : C’est précisément le moment où elle va partir avec son nouveau maître. Cela se passe en deux temps. Pendant la première semaine, la personne malvoyante se rend dans l’école et rencontre plusieurs chiens prêts. Il s’agit de former le binôme le plus efficace possible. Par exemple, il faut que le chien sache s’adapter à la cadence de la personne, que leurs caractères s’accordent, que les affinités apparaissent. Il y alors remise officielle du chien guide à la personne en présence de toutes les personnes qui ont contribué à l’éducation du chien. Pendant la deuxième semaine, la personne malvoyante rentre chez elle avec son chien. Un éducateur et la personne étudient l’environnement professionnel et personnel dans lequel le duo va fonctionner ainsi que les trajets habituels pour faire les derniers ajustements. L’éducateur reviendra ensuite au bout de 2 puis 6 mois et restera toujours disponible. Puis, c’est le début d’une nouvelle forme de liberté pour la personne malvoyante dont le quotidien est facilité par le travail et la présence du chien. C’est d’ailleurs intéressant de voir l’inversion des rôles : ici c’est le chien qui est responsable de la personne.

Comment vous est venue l’envie de devenir famille d’accueil ?

Hélène : Enfant, on avait un chien à la maison. Plus tard, j’ai ressenti l’envie d’avoir un chien moi-même, mais je ne voulais pas le laisser toute la journée dans mon appartement. Et puis le hasard m’a fait rencontrer dans une gare une famille d’accueil avec un chien en éducation. L’idée a germé petit à petit. J’ai pris contact avec l’École de chiens guides d’aveugles de Lyon et du Centre-Est et j’ai été retenue.

Quels sont les critères de sélection d’une famille d’accueil ?

Hélène : Aimer les chiens évidemment. Faire preuve d’une grande disponibilité car les débuts de socialisation du chiot demandent du temps et de la patience. Il faut aussi habiter pas trop loin de l’école car les allers-retours sont fréquents. Par contre, on est constamment en lien avec les éducateurs qui permettent d’ajuster le tir si on commet des petites erreurs. Reste à la famille d’accueil le soin de réaliser l’apprentissage via le jeu. Pour moi, c’était nouveau. C’est donc un apprentissage de part et d’autre.

Chiffres-clés :
  • En France, 2 millions de personnes atteintes de malvoyance ou de cécité totale
  • 200 chiens remis / an
  • 0 € : le chien guide est remis gratuitement aux personnes déficientes visuelles
  • 1500 personnes sont accompagnées par un chien guide en France
  • 600 familles d’accueil et autant de bénévoles
  • 70 éducateurs canins en activité
 En savoir plus:

Ecole des chiens guides d'aveugles de lyon et du centre estFédération Française des Associations de Chiens-Guides d’Aveugles (FFAC)Aidez-les et faites un don !

ça gratte – 2e partie: combattre les puces et les tiques

Dans la première partie, nous avons découvert le mode de vie et de développement des puces et des tiques. Reste maintenant à en tirer les leçons pour mieux les combattre.
Quelles sont les conséquences de la présence de ces parasites sur nos chiens ?

Si le chien est assailli par les puces, outre la gêne occasionnée par le grattage effréné, il peut développer des infections cutanées, allant de l’allergie aux piqûres, au prurit avec chute de poils. Il peut aussi, dommage co-latéral, se retrouver avec un parasite interne.

Si le chien est colonisé par une ou plusieurs tiques, il peut développer une légère inflammation à l’endroit de la morsure (très rarement un abcès). Seulement parfois, la tique elle-même est porteuse d’autres germes, bactéries et autres et les transmet au chien par l’intermédiaire de sa salive pendant son repas de sang. C’est ainsi que Rhipicephalus sanguineus peut transmettre la piroplamose et Ixodes ricinus la maladie de Lyme.

Comment lutter alors contre ces petits vampires ?

La prévention reste le meilleur moyen sachant que l’automne et le printemps sont les saisons de prédilection de ces parasites. Pensez à nettoyer régulièrement le coussin en machine à laver, Chez Biocaninale panier avec un désinfectant et plus généralement tout l’habitat : l’aspirateur permet d’éliminer 90 % des œufs et 15 à 27 % des larves de puces dans la moquette ou les tapis. Reste à changer fréquemment les sacs de votre aspirateur auxquels vous pouvez aussi ajouter une poudre insecticide.

Il faut aussi penser à protéger votre chien tous les mois à l’aide d’un antiparasitaire. N’en déplaise aux fervents du bio dont je fais également partie, le pouvoir insecticide des huiles essentielles n’a jamais été scientifiquement démontré. Le géraniol (présent dans les huiles essentielles de géranium, citron et citronnelle) souvent suggéré peut même avoir des conséquences graves en termes d’allergies chez votre chien. Il vaut donc mieux utiliser un insecticide chimique dont l’efficacité contre les parasites et l’innocuité pour le chien auront été testées et validés par l’Agence européenne des médicaments.

front line comboCompte tenu du mode de vie et de reproduction des parasites, préférez un antiparasitaire à la fois adulticide et larvicide ou inhibiteur du développement larvaire. C’est le cas de plusieurs pipettes actuellement disponibles sur la marché (Laboratoire Merial). Attention même précaution pour toutes: appliquez le contenu en écartant bien les poils du chien pour que le produit soit en contact avec la peau mais au moins 48 h après avoir lavé votre chien le cas échéant. Ces produits nécessitent en général 24 à 48h pour entrer en action et protègent votre animal pendant 1 moiBravecto_10-20s. Depuis quelques mois, il existe aussi une solution: le comprimé. Bravecto commercialisé par les Laboratoires MSD propose de protéger votre chien pendant 3 mois, mais il n’est disponible que chez votre vétérinaire. Question rapport qualité-prix, les deux solutions sont dans la même tranche de prix (en ramenant au montant par mois). D’autre part, la plupart des laboratoires vous proposent de vous envoyer une alerte par mail ou sms à condition de vous inscrire sur leur site et vous permettre ainsi de ne pas oublier de traiter votre chien à temps.

Malgré ce traitement, au retour de chaque balade pendant les périodes de prolifération de ces parasites, n’oubliez pas d’inspecter le pelage de votre chien. Si vous lui découvrez une tique accrochée, ôtez-la rapidement car le risque de contamination augmente avec la durée du contact. On estime que le risque est élevé quand la tique reste plus de 24 heures fixée sur la peau.

Due C, Fox W, Medlock JM, Pietzsch M, Logan JG, Tick bite prevention and tick removal , BMJ, 2013;347:f7123

ça gratte – 1ère partie: découvrir le mode de vie des puces et des tiques

Entre l’été indien que nous venons de connaître, favorable aux vilaines bébêtes qui viennent parfois troubler le quotidien de nos chiens donc le nôtre, et l’approche d’Halloween, j’ai eu envie de parler des parasites les plus fréquents dans nos contrées tempérées : les puces et les tiques.
Une puce, comment ça marche ?

Une puce est un insecte hématophage, c’est-à-dire qui se nourrit de sang. Plusieurs espèces de ce petit vampire existent, mais la plus courante sur nos amis les chiens (90% des cas) se nomme Ctenocephalides felis. C’est ce que les scientifiques appellent un parasite intermittent superficiel. Intermittent car seule la puce sous sa forme adulte se nourrit réellement de sang. Elle effectue son premier repas seulement quelques minutes après son arrivée dans le pelage de son hôte involontaire et peut se nourrir ainsi plusieurs fois par jour. Mais une puce adulte ne représente qu’ 1% de la population intrusive – les 99 % restants étant constitués de cocons ou œufs (immobiles mais disséminés dans la nature ou déjà le milieu du chien : son coussin, les tapis et moquettes ou entre les lames du parquet de votre habitat) et de larves (qui, elles, se nourrissent des excréments des puces adultes ou de résidus de matières organiques présents dans les mêmes milieux que les œufs). C’est un parasite superficiel car il reste, par nature, à l’extérieur du chien. Cependant, celui-ci en se léchant, peut ingérer des adultes ou des larves. Or, certaines sont parfois elles-mêmes porteuses d’un autre parasite – le ténia ou Dipylidium caninum – qui lui se plaît à l’intérieur de l’intestin de nos animaux (voir De l’importance de la vermifugation). Le plus gros problème est la vitesse de prolifération de ces insectes, puisqu’une puce adulte peut pondre une cinquantaine d’œufs en quatre jours et jusqu’à 200 au cours de sa brève existence (maximum 1 an).

Et la tique, alors ?

Ixodes_hexagonus_(aka)Il s’agit encore ici d’un parasite hématophage mais ce n’est pas un insecte. Elle appartient à la famille des arachnides acariens et c’est même le plus gros des acariens, visible à l’œil nu (entre 3 et 5 mm). Deux sortes se retrouvent essentiellement sur nos chiens : Rhipicephalus sanguineus et Ixodes ricinus. Comme la puce, elle connaît plusieurs stades de développement : œufs, larves, nymphes puis adultes. Déjà en tant que larve, la tique a besoin de sang pour survivre mais en raison de sa taille va préférer les petits mammifères. Après un premier repas, elle mue et devient une nymphe. Et c’est là, puis en tant qu’adulte, qu’elle commence à s’attaquer à des mammifères plus imposants, comme nos chiens ou nous. N’en déplaise à mes lecteurs hommes, la femelle est plus grosse que le mâle et surtout plus vorace car elle a besoin de tout ce sang pour pondre ses milliers d’œufs. La tique n’a pas d’œil, pas d’oreille et pas de nez. Tout ce dont elle a besoin est une bouche appelée rostre dont elle se sert pour percer la peau de son hôte involontaire et s’y accrocher. La tique a donc besoin de sang pour se développer, survivre et se reproduire. Mais le cycle de vie d’une tique peut avoir une durée très variable : ainsi la tique peut hiberner sous terre quand les températures baissent et ressortir à la belle saison. En l’absence d’animal fournisseur de sang, elle peut aussi rester longtemps au même stade de développement sans pour cela mourir. D’où sa voracité lorsqu’elle trouve un mammifère !

Ces deux parasites sont extrêmement résistants et l’augmentation de leur population est forte au printemps et à l’automne.  Il est donc important d’adopter les bons réflexes de prévention ou d’éradication.

Sources bibliographiques ou pour approfondir :
- Ecole vétérinaire de Lyon : http://www2.vetagro-sup.fr/ 
- Larhantec B. Le contrôle de Ctenocephalides felis dans le pelage du chien : étude expérimentale sur la diffusion et la rémanence de l’effet insecticide dans le pelage en conditions naturelles et expérimentales. A-Généralités sur la biologie de la puce (Ctenocephalides felis felis).